Pierre Reynaud
Ancien chef d'entreprise dans le secteur juridique. Aujourd'hui, éditeur, journaliste et historien. Créateur du Mouvement Réveil Républicain. Fondateur du site La France Libérée (journal à vocation citoyenne)  — Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône)
Sujet publié le 24 octobre 2020 à 18h26
1 minute
Aucun commentaire
Cette fois, l'islam radical entre-t-il dans nos campagnes ?
 

Le terrorisme islamique a provoqué de très nombreuses victimes si on les décompte à partir du début de l’année 2015.

 

Dans les temps prochains, les attentats vont se multiplier et feront encore de nouvelles victimes. D’autant plus que le djihadisme a étendu ses zones d’action.

 

Dans un premier temps, il s’est attaqué aux grandes villes et très particulièrement à Paris et à ses banlieues : tout simplement en raison des multiples repaires dont les terroristes bénéficiaient au cœur des cités de la région parisienne.

 

Dans un second temps et depuis 3 à 4 ans, l’islam radical s’installe peu à peu dans les villes moyennes et surtout au sein des zones rurales.

 

Des mouvances djihadistes sont visibles désormais dans certains de nos villages, sans pour autant qu’une telle situation inquiète les autorités locales.

 

Cependant, quelques citoyens téméraires ont voulu dénoncer ces groupuscules qui représentaient clairement un danger possible pour les populations.

 

Leurs requêtes sont restées sans effet et sans suite, et ces mêmes citoyens ont fait parfois l’objet de menaces que l’autorité judiciaire a considéré comme fantaisistes et sans intérêt.

 

Pour ma part, depuis plusieurs années, j’enquête sur la montée de l’islam radical dans les campagnes.

 

Au cours des périodes, j’ai pu constater l’ascension sournoise de nombreuses associations de type amicales, sociales ou humanitaires, très discrètes du reste dans leurs actions, mais bien présentes sur le terrain.

 

Ne manquer aucune publication de Pierre Reynaud en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires