Pierre Reynaud
Ancien chef d'entreprise dans le secteur juridique. Aujourd'hui, éditeur, journaliste et historien. Créateur du Mouvement Réveil Républicain. Fondateur du site La France Libérée (journal à vocation citoyenne)  — Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône)
Sujet publié le 19 mai 2021 à 20h58
1 minute
Aucun commentaire
La colère des policiers
 

Des policiers attaqués quotidiennement, partout en France, insultés, blessés et trop souvent assassinés par des voyous qui bénéficient la plupart du temps d'un laxisme effarant de la part de la Justice : une telle situation ne peut plus durer et devient totalement inadmissible. Voilà des hommes et des femmes qui sont au service de la Nation, nuit et jour, pour défendre les citoyens et les protéger contre les violences de toutes sortes, que ce soit dans les grandes villes, les quartiers ou les banlieues, que ce soit aussi dans les villes moyennes ou les secteurs de campagne. Pour un faible salaire, et dans des conditions de vie sociale et familiale extrêmement compliquées, ces garants de l'ordre public ne sont plus considérés depuis bien longtemps par l'État et notamment par le ministère de l'Intérieur qui n'a plus de considération pour eux, pour leur travail de terrain, leurs missions et leur dévouement sans borne.

 
 

Que demandent ces policiers ? Globalement, leurs revendications restent assez réduites. S'ils souhaitent plus de meilleurs moyens d'action, ils demandent surtout plus de considération et en particulier des peines exemplaires à l'encontre des délinquants ou des criminels. Donc, ils réclament du ministre de Justice, Monsieur Dupond-Moretti un durcissement des sanctions qui soient à la hauteur des actes délictueux. Mais le garde des Sceaux ne semble vouloir pour l'instant se pencher sur ces questions, bien trop préoccupé par la campagne des élections régionales qu'il mène dans les Hauts de France. Lire l'article complet

Ne manquer aucune publication de Pierre Reynaud en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires