Pierre Reynaud
Ancien chef d'entreprise dans le secteur juridique. Aujourd'hui, éditeur, journaliste et historien. Créateur du Mouvement Réveil Républicain. Fondateur du site La France Libérée (journal à vocation citoyenne)  — Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône)
Sujet publié le 24 avril 2021 à 18h18
1 minute
Aucun commentaire
LA GRANDE PEUR
 

Les assassins sont dans la ville, à la campagne, partout. Les terroristes agressent les citoyens, la France s'embrase ! Est-ce la mort de la Nation ?

 

Depuis de nombreux mois, le pays est entré dans la peur, l'effroi, voire le cauchemar ...

 

Il y a eu tout d'abord la peur du Covid-19, mais aujourd'hui, faut-il le préciser, celle-ci est devenue maîtrisable grâce aux vaccins et aux gestes barrières.

 

Mais une autre peur qui semblait s'être atténuée à une certaine période, ressurgit depuis peu, et celle-ci prend une allure de "Grande Peur' avec les émeutes, les attentats et les crimes qui sont présents à chaque instant et qui font partie du quotidien depuis quelques semaines.

 
 

Cette situation échappe totalement aux pouvoirs publics et à l'État macronien qui bientôt, sera en état de mort cérébrale. Le gouvernement en place est incapable de rétablir l'ordre public. Il ne soutient plus sa police et n'est plus en capacité de faire respecter la loi. En fait, il démontre son impuissance totale, alors même qu'il inflige paradoxalement aux Français les restrictions sur de nombreuses libertés publiques et individuelles, sous prétexte de confinements à vocation sanitaire.

 

Après la décapitation de Samuel Paty, les assassinats de Nice, et de tant autres crimes qui se perpétuent chaque jour en France, voici qu'une femme, fonctionnaire de police vient d'être égorgée aux portes du commissariat où elle travaillait. Qui demain subira le même sort ? Qui seront les prochaines victimes ? Et que diront le président Macron ,son Premier ministre ou le ministre de l'Intérieur ? Des mots d'indignation, des phrases de compassion et des déclarations de nouvelles mesures qui resteront évidemment au fond des tiroirs. Et puis, l'émotion passée, la vie reprendra comme avant, et on essaiera d'effacer une deuxième fois les victimes de la carte de vie. Lire l'article complet

Ne manquer aucune publication de Pierre Reynaud en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires