Sujet publié le 6 juin 2021 à 16h56
Les Etats généraux de l'Injustice
 

Dans la série « gesticulations d’Emmanuel MACRON », futur candidat à sa propre succession à l’Elysée, après les épisodes du Grand Bazar et la Convention citoyenne bidon sur le climat, on a le l’honneur et le plaisir de vous présenter celui des Etats généraux truqués de la Justice.

 

D’ores et déjà biaisés, ils seront en effet conduits par un magistrat, juge et partie donc, auquel le Président de la République a réaffirmé son allégeance au cours d'une rencontre avec la première présidente de la Cour de cassation, Chantal ARENS, et le procureur général près la Cour de cassation, François MOLINS. Comme le précise le journal Le Parisien : « Ces Etats généraux n’étaient pas prévus par le Président. C’est pour répondre à la demande des deux magistrats qu’il les a lancés », insiste-t-on au Château en soulignant le « profond attachement » du président à « la séparation des pouvoirs » et à l’ « indépendance de l'autorité judiciaire ».

 

Une initiative quand même plutôt anachronique alors qu’un projet de loi "pour la confiance dans l'institution judiciaire" a été adopté en première lecture à l'Assemblée nationale, fin mai, et doit désormais être examiné par le Sénat. On fait une loi à la va-vite et on réfléchit après, vraiment tout en dépit du bon sens.

 

Emmanuel Macron annonce le lancement d'Etats généraux de la justice mais sans donner aucun détail sur leurs objectifs, leurs modalités ou leur calendrier.

 

L'exécutif veut se montrer offensif sur le terrain judiciaire. Soulignant le "profond attachement" du chef de l'Etat à "la séparation des pouvoirs" et à "l'indépendance de l'autorité judiciaire", la Présidence n'a donné aucun détail sur les objectifs, les modalités ou le calendrier de ces Etats généraux. Cette annonce intervient alors que l'institution judiciaire est vivement critiquée par des élus politiques et des syndicats policiers. Les Justiciables qui sont les principaux concernés par les dysfonctionnements de la Justice et auxquels on ne donne jamais la parole ont également beaucoup de choses à dire. Seront-ils véritablement associés à cette démarche ? Rien n’est moins sûr à mon avis ! 

Ne manquer aucune publication de Achour REZZIK en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires