Dominique FILATRE
Cadre territorial, formateur d'élus, membre de Territoires Hautement Citoyen  — Crozon (Finistère)
Sujet publié le 31 août 2016 à 12h52
Pourquoi je publie ma candidature au poste de DGS
L'annonce faisant l'objet de ma candidature
Pourquoi je publie ma candidature au poste de DGS
 

Je viens, par cet article, expliquer pourquoi j'ai eu l'idée de publier mes candidatures ici et ailleurs sur les réseaux sociaux. Cela a l'air saugrenu, j'ai tout de même quelques raisons et j'ai même l'espoir de vous convaincre qu'elles sont bonnes, voire de vous inciter à faire de même si vous pratiquez une profession comparable à la mienne !

 

D'abord, cela pourrait apparaître comme une méthode désespérée. Je cherche un emploi de dirigeant dans une collectivité territoriale, a priori plutôt une communauté de communes, j'ai 56 ans et je constate une énorme différence de taux de retour par rapport à ma recherche d'emploi de 2009. Il est donc vrai que, effectivement, je n'ai pas grand-chose à perdre. C'est en même temps l'occasion de souligner la contradiction flagrante des injonctions sociales qui disent tout et le contraire : soyez mobiles, travaillez plus longtemps, l'expérience est fondamentale mais... on ne veut pas de candidat de plus de 50 ans ! Et, comme il y a le choix, le formatage s'accentue sur la question de l'âge comme sur bien d'autres critères.

 

Le risque de détricotage de la fonction

 

Cependant, ce qui n'est pas faux n'est pas suffisant. Je ne pense pas que j'aurais imaginé cette démarche sans les particularités de mon métier, de son contexte et sans une perception personnelle très engagée de la vie professionnelle. J'ai toujours fait partie de ces 9 % d'employés engagés dans leur travail, et quand j'ai senti que cela risquait de ne plus être le cas, j'ai préféré ne pas renouveler le contrat avec mon dernier employeur. Je partage depuis longtemps l'idée exprimée par Claude Mahier, fondateur de la Lettre du Cadre territorial, selon laquelle le poste de directeur général des services en collectivité devrait être exclusivement contractuel, et dans tous les sens du terme.

 

Le métier de directeur général des services (DGS) est d'abord une collaboration avec un élu maire ou président et son équipe et une fonction de direction des services de la collectivité. Ces dernières décennies, nous avons vu les élus au profil gestionnaire s'affirmer en même temps et parallèlement à la montée en puissance de la fonction publique territoriale. Il s'est ainsi construit silencieusement un déni de réalité de plus en plus encombrant dans l'articulation entre la légitimité publique de l'élu et l'invisibilité sociale des professionnels territoriaux. Je me souviens particulièrement, pour avoir travaillé 2 ans dans une petite ville du Finistère de 15 000 habitants, Douarnenez, du fiasco subi par le Maire et par la ville. Le Maire de Douarnenez était un homme très populaire, largement élu 4 fois de suite, puis battu en 1995 parce qu'il s'était lancé dans une opération audacieuse de port-musée en s'appuyant exclusivement ou presque sur son équipe d'élus mais avec une expertise territoriale interne à l'évidence très insuffisante. Or cet aspect a été constamment gommé du débat public. Je me souviens surtout de mon dernier emploi de DGS où il m'est apparu que moins les élus avaient de projet pour leur collectivité plus il voulait s'affirmer en tant que patron de la structure municipale. Pour exercer sa fonction, le DGS n'a pas forcément besoin de beaucoup de visibilité publique mais l'invisibilité totale des règles du jeu entre les élus et l'administration au sein de la collectivité porte le risque d'un détricotage de la fonction du dirigeant des services.

 

La transparence due à un emploi public

 

J'ai largement développé sur mon blog les travers de l'aspiration patronale des élus, qui ont la tentation de détourner leur légitimité politique pour occuper eux-mêmes un pouvoir au sommet de la pyramide hiérarchique de leur institution locale. Il s'y mêle la tendance des exécutifs à vassaliser les assemblées, la culture administrative hiérarchique, la contamination de l'État en général, et un désengagement démocratique local qui passe sous les radars. Le fond de ma motivation à publier mes candidatures en collectivité est là : face à une demande sociétale de plus d'égalité citoyenne, il ne suffit pas de critiquer les élus locaux, les DGS doivent eux-mêmes participer à plus de transparence. A ce point de réflexion, il me paraît raisonnable de sortir mes propres candidatures de la confidentialité.

 

Après tout, les gens ont le droit de savoir, c'est un emploi public, payé avec l'impôt local. Quand le Président de la communauté bigoudène du sud (environ 40 000 habitants autour de Pont l'abbé) indique dans l'offre d'emploi, à laquelle je réponds, que le DGS "assiste le Président pour la définition des orientations stratégiques", on doit bien l'accès à l'information aux bigoudens sur les compétences et les motivations des candidats à ce poste, non ? D'autant que la formulation est en soi problématique : j'avoue que, en tant que candidat, je ne pas connais pas encore à ce jour les orientations stratégiques de cette communauté de communes, ce n'est pas forcément encore très important pour moi à ce stade. En revanche, qui définit ces orientations, au nom de qui ? Voilà ce qui doit être clarifié ! Soyons clairs, je ne veux porter aucune incrimination à l'encontre du Président que je ne connais pas encore ou sur sa communauté, je pense qu'on pourrait lire ce genre d’ambiguïté sur bien des annonces. L'enfer est dans les détails, dans ce type d'apparences innocentes que peu de personnes arrivent à percevoir avec la profondeur suffisante, et c'est pour cela que je suis un professionnel, c'est pour cela que je dis qu'il faut en finir avec la confidentialité injustifiée. Il est, j'espère, facile après ces quelques paragraphes de développement de comprendre que la publication de ma candidature est une réponse à un problème et qu'il ne s'agit pas d'une lubie personnelle.

 

Je signale aussi rapidement qu'il n'est pas certain que l'annonce, à laquelle je réponds, corresponde à une offre réelle. Les plus avertis du monde territorial savent que nombre d'appels à candidature sur ce type de poste sont « bidons ». C'est d'abord critiquable en soi de faire croire qu'on met des candidats en concurrence quand on a déjà un candidat dans la manche : cela coûte un peu d'argent, mais surtout cela produit un effet de soupçon permanent et d'hypocrisie délétère, un jeu d'ombre où le relationnel se dissimule dans une procédure officielle qui n'existe que pour les non-initiés. Ce n'est ni transparent, ni égalitaire, pas vraiment démocratique, mais c'est une pratique courante ! Cette remarque est de portée générale, elle ne concerne pas davantage mon interlocuteur choisi qu'un autre.

 

Faire sortir la démocratie locale de l'institution

 

Derrière ce premier pas, il y a d'autres enjeux bien plus importants. Je pense d'abord à la centaine de fonctionnaires de cette collectivité, et un peu à tous les autres. Ils vivent dans le système de la fonction publique territoriale extrêmement pyramidal et hiérarchique, indifférent à la situation locale. La pression financière qui pèse maintenant sur les collectivités va surtout impacter la masse salariale dans les années à venir. Il faut rétablir le lien entre la population locale et ses collectivités publiques, contrecarrer le plus vite possible l'isolement social des fonctionnaires, agir localement pour rompre cet apartheid, cette ignorance organisée entre les personnels et les usagers. Surtout, ne reproduisons pas le schéma social de désespérance des grandes entreprises publiques dans nos collectivités locales. C'est notamment dans cette perspective-là qu'il convient d'aborder les questions de la mutualisation des services, des conditions de travail et des rémunérations. Cessons de ne nous mettre en arrêt devant toutes les décisions du ciel ministériel, osons parler des emplois territoriaux à la population locale.

 

Il faut que le débat public local s'ouvre, que les relations entre les citoyens et les collectivités changent, que les questions de fiscalité locale, de développement de l'économie collaborative soient mises sur la table, que l'on fasse découvrir la distinction entre le public et le commun, etc. En un mot, faisons sortir la démocratie locale de l'institution, voilà pourquoi je ne veux plus candidater dans la confidentialité.

 

Mon CV    

Ne manquer aucune publication de Dominique FILATRE en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires