Didier Haddad
Spécialiste de la démocratie participative.  — Toulouse (Haute-Garonne)
Sujet publié le 20 septembre 2020 à 10h10
UNE NOUVELLE FORME D'IMPLICATION CITOYENNE EST EN EXPANSION, EN DEHORS DES PARTIS POLITIQUES
 

D'après les études de fondations françaises, il ressort une évolution radicale des vecteurs d'engagement politique.

 

En quelques années, la vision des partis comme structure d'expression citoyenne passe de 40 % à 11%, alors que la demande d'implication citoyenne dans des instances citoyennes indépendantes passent de 20% à 80 %.

 

Ce qui peut expliquer cette évolution :

 

1/ La crise sanitaire a montré l'efficacité d'une intelligence collective hétéroclite devant l'adversité.

 

2/ Les citoyens sont pragmatiques et pensent que la co-construction est plus efficace que l'opposition, qui a très peu de leviers pour influencer une orientation.

 

3/ Les instances citoyennes qui sont locales principalement pour le moment, dans la l’attente définitive de la réforme du C.E.S.E, ont une approche horizontale, ce qui est recherché par les citoyens.

 

4/ Le schéma reproché de la trop grande verticalité entre les dirigeants et les citoyens, est malheureusement reproduit dans les structures même des partis.

 

Enfin, l’étude montre que plus de concertation citoyenne ne s’oppose pas, à postériori à une demande d'une puissance publique forte avec des directives et une autorité, clairement définies.

Ne manquer aucune publication de Didier Haddad en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires