Les contributions pour ce groupe sont désormais closes: merci pour votre participation!
Sujet initial: Le Vote Blanc
Réponse publiée le 25 janvier 2019 à 23h26
Pauvre France !!!
 

C'est de plus en plus ce que je me dis en écoutant et en lisant les gens.

 

Aujourd'hui, on entend et on lit des propos à tort et à travers sans que ceux qui les tiennent réfléchissent aux conséquences de leurs déclarations.

 

C'est notamment le cas des partisans du vote blanc.

1

Je n'ai pas compris grand-chose au premier article, écrit dans un Français très approximatif et avec beaucoup de fautes d'orthographe, mais seulement que son auteur est favorable au vote blanc.

1

Comme lui, j'ai autour de moi des collègues de travail qui y sont favorables. Parmi ces collègues, il y a même des personnes qui ont un bon niveau d'instruction et de réflexion. Mais chaque fois que je leur demande ce que l'on fera concrètement des votes blancs, comment les comptabilisera-t-on ?, comment matérialiserons-nous leur expression ?, ils ne savent pas. Ils me répondent :" je n'y ai pas réfléchi", "il faut trouver quelque chose". 

1

On a fait de la France un pays où on peut tout dire et tout faire sans réfléchir aux conséquences et sans les assumer. Un pays où on dit et on fait ce qui passe par la tête. Un pays d'irresponsables quoi !!!

1

Le vote blanc, c'est un non choix. C'est le choix de ne pas choisir. C'est l'attitude négative de l'opposant non constructif : - pourquoi tu votes blancs ? - parce que je ne veux ni de l'un ni de l'autre ! - eh ben présente-toi alors ! - Non non, ça ne m'intéresse pas......

 

On fait du blocage - comme les gilets jaunes - mais on n'a pas de solutions, de propositions crédibles. Ils attendent tout de l'Etat qu'ils passent leur temps à critiquer. 

 

Ce qui tuera la France, c'est cette mentalité bien ancrée dans la société française.......mais pas ailleurs.

Ne manquer aucune publication de Achour REZZIK en vous inscrivant. En savoir plus

Inscription Déjà inscrit-e? Identifiez-vous
Inscrivez-vous pour participer au débat.
Voir les commentaires